• Nombre de visites :
  • 2271
  • 11/8/2010
  • Date :

Une brève biographie de l’Ayatollãh Khãmenei (1)

l’ayatollah khamenei

Famille

   Le Guide suprême de la Révolution islamique, l’honorable Ayatollãh Khãmenei, descendant de la famille du noble Prophète, est né en juillet 1939, dans la ville sainte de Mashhad. Cadet de sa famille, il connut une enfance simple tout comme la plupart des enfants religieux et apprit dès son plus jeune âge à vivre dans la simplicité tout en comprenant le sens profond de la frugalité.

Lorsqu’il évoque ses premiers souvenirs, l’honorable Guide parle de sa famille en ces termes: "Mon père était un dignitaire connu de tous. Cependant il était très vertueux et assez timide. La vie n’était pas toujours rose pour nous. J’ai le souvenir de certains soirs où nous allions nous coucher sans souper. Ma mère faisait tout son possible pour nous préparer un dîner mais cela restait une chose rare. Si nous avions de la chance, nous avions droit à du pain aux raisins secs".

   "La maison dans laquelle je suis né et j’ai vécu jusqu’à l’âge de cinq ans, raconte-t-il, se trouvait dans un quartier très moyen de Mashhad et faisait à peine 70 mètres carrés. En fait, cette maison n’avait que deux pièces, si l’on compte la cave, qui se trouvait au sous-sol! Un peu plus tard, des gens du quartier, dévoués à mon père achetèrent un petit terrain qui se trouvait derrière notre maison et c’est ainsi que la maison fut agrandie et que nous eûmes trois chambres".

La famille au sein de laquelle grandit l’Ayatollãh Khãmenei n’était pas riche mais avait la foi en Dieu, et c’est cette même croyance qu’elle laissa en héritage aux enfants. Dès quatre ans, le jeune Sayed ‘Ali et son frère aîné furent conduits dans une école coranique où ils apprirent les lettres et le Coran.

Etudes

Centre théologique

   En quittant le lycée où il avait appris l’arabe, il entra à l’école théologique pour entamer ses études auprès de son père et d’autres professeurs.

   Lorsqu’on l’interroge sur les motivations qui l’ont poussé de rejoindre cette école, il répond fièrement que la principale personne l’ayant encouragé dans cette voie divine était son père, mais aussi sa mère qui l’a beaucoup soutenu.

le guide suprême

   C’est chez les enseignants de l’école théologique tels que Soleymãn Khãn ou encore Navvãb, qu’il termina les cours préparatoires. Après cela, il acheva, à une vitesse surprenante, ses études en moins de cinq ans. Tout ceci, bien sûr n’aurait pas eu lieu sans le soutien et l’effort de son défunt père.

Ecole théologique de Najaf

   L’Ayatollãh Khãmenei qui avait entamé à 18 ans, dans sa ville natale, ses études en jurisprudence religieuse et ce, notamment chez le défunt Ayatollãh Milãni, se rendit en 1957 à Najaf pour se recueillir sur la tombe des Imams de l’Islam.

C’est durant ce voyage et en participant aux cours de théologie donnés par les plus grands dignitaires de l’époque qu’il fit connaissance avec leurs pensées, entre autre celles du défunt Sayed Mohammad Hakim, Sayed Mahmoud Shahroudi, Mirzã Bãgher Zanjãni, Sayed Yahyã Yazdi, ou encore Mirzã Hassan Bojnourdi.

   Il fut subjugué par l’enseignement dans cette école. Pour lui, c’était décidé! C’est au sein de cet établissement qu’il poursuivrait ses études. Cependant, le plus difficile était de convaincre son père et il en était très inquiet. Sans tort d’ailleurs, car son vœux de rester en Irak fut rejeté et, obéissant à son père, il regagna Machhad assez rapidement.

Centre théologique de Qom

ayatollah boroujerdi

   Entre 1958 et 1964, il poursuivit ses études supérieures à l’école théologique de Qom auprès de grands tels que l’Ayatollãh Boroujerdi, l’Imam Khomeyni, Cheikh Mortezã Hãëri Yazdi, et l’Allãmeh Tabãtabãï.

Un événement triste vint troubler les études du jeune homme lorsqu’il apprit que son père avait perdu la vue. Désormais il ne pouvait plus rester à Qom et abandonner son père qui avait besoin de ses enfants. A ce propos il dit: "Je suis rentré à Machhad, et grâce à Dieu tout a bien marché pour moi. J’ai la conviction que ma réussite, je la dois à la bénédiction de mes parents pour qui j’étais prêt à tout sacrifier".

   Malgré l’envie de rester à Qom, il fit le choix de rester auprès de son père accablé par l’âge et la maladie. Ceci ne l’empêcha pas de poursuivre ses études à Mashhad même jusqu’en 1968 et d’enseigner son savoir aux étudiants de théologie dans cette ville. 

Source: Khamenei.ir

  • Imprimer

    Envoyer à un ami

    Commenter (0)