• Nombre de visites :
  • 701
  • 1/8/2011
  • Date :

Nezãmi (v. 1141-1209?) (1) 

les sept portraits de nezami

  Né et mort à Ganje, aujourd’hui en République d’Azerbaïjãn, Nezãmi est le maître du roman versifié. On ignore les dates exactes de sa naissance et de sa mort. Nezãmi écrivit lui-même que sa mère était kurde.

Orphelin très tôt, élevé par son oncle, il étudia plusieurs sciences, dont l’astronomie. Il passa sa vie à Ganje, hors des cours, vivant de ses terres et des dons des rois.

   Il eut trois épouses successives, qui moururent chacune avant lui. Souri et sunnite, la tradition persane le surnomme le «Miroir de l’Invisible», car ses poèmes ne racontent que la transformation et l’ascension de l’âme en Dieu.

Moins connues en Europe que les poèmes de Khayyãm ou de Hãfiz, ses uvres sont d’une magnificence du langage inégalée.

   Leurs manuscrits, copiés de siècle en siècle, ont été abondamment illustrés par les peintres. Dans des vers flamboyants et denses, hermétiques comme un blason, splendides comme des émaux, se déploie un tapis d’images pénétrées d’une connaissance contemplative, parfois teintées d’érotisme et constellées d’un symbolisme alchimique et astrologique.

Son esthétique originale, qui eut de nombreux imitateurs, est une épopée de symboles, versifiée dans une musique enivrante, et d’une générosité royale dans son vocabulaire.

   Il avait pleinement conscience de son génie: sa poésie, écrivait-il, est «un sortilège qui trompe les anges», elle est un temple qui prolonge la parole divine. Soufi sanctifié de son vivant, il choisit son nom «Nezãmi» par référence au vizir Nizãm Al-Molk, car ses romans se voulaient un enseignement spirituel des rois.

Nezãmi est l’auteur d’un divan, dont une grande partie est perdue, si bien qu’il doit sa réputation à un poème soufi didactique et à quatre romans versifiés, réunis sous le nom de Khamseh (littéralement: cinq uvres).

   Le Trésor des secrets est un long poème d’inspiration mystique, composé d’un prologue et de vingt discours, entrecoupés d’anecdotes et de contes.

Source: RINGGENBERG. Patrick, Guide culturel de l’Iran, éd. Rowzaneh, Téhéran, 2005, PP.194-195

  • Imprimer

    Envoyer à un ami

    Commenter (0)