• Nombre de visites :
  • 772
  • 13/9/2011
  • Date :

Faites du Coran votre compagnon inséparable

coran

   La compagnie du Coran est un enrichissement infini. Il n’est pas un lecteur assidu, réfléchi et appliqué qui fait du Coran son compagnon sans qu’il n’en tire de tels avantages et bénéfices que tous les livres existants réunis ne pourraient lui procurer. Si vous lisez ce Noble Livre alors que vous êtes encore un enfant ou encore tout jeune, il coulera en vous comme le sang qui coule dans vos veines.

En effet, selon le Hadith: «Quiconque lit le Coran pendant qu’il est jeune, il se mélange à son sang et à sa chair», c’est-à-dire qu’il pénètre dans son entité et y adhère inséparablement.

   Il est instructif de reproduire à cet égard le témoignage suivant de l’un des grands «récitateurs»(1) (muqri’) du Coran, le Cheikh Abû-l-’Aynayn Chu’aycha’: «Un désir ardent de réciter le Coran à l’instar des Cheikhs qui venaient du Caire, de Tanta et d’al-Mansourah pour animer les soirées dans notre village m’habitait depuis ma tendre enfance. Je ne jouais pas avec les autres enfants, mais j’allais aux réunions des «récitateurs» et je m’asseyais à leurs pieds pour les écouter jusqu’à ce que le sommeil m’envahisse. Je dormais alors sur place, par terre (...). D’autre part, comme le cours de Coran dispensé à l’école ne satisfaisait pas mon désir ardent de cette matière, j’ai quitté mon établissement scolaire pour rejoindre l’école coranique du Cheikh Chatta, où j’ai pu apprendre le Coran par cur en deux ans».

   Un autre témoignage significatif de l’importance de se lier d’amitié avec le Coran depuis la première enfance est celui du grand exégète, Sayyed Qutub, dans la dédicace de son uvre à sa mère: «Combien de fois, alors qu’on écoutait les "récitateurs" réciter avec soin le Coran dans notre maison, tout au long du mois de Ramadhãn, et que j’essayais de babiller comme les enfants, tu m’en décourageais d’un geste ou d’un chuchotement ferme de ta part, ce qui me ramenait à l’écoute de la récitation dont la mélodie imprégnait alors rapidement mon âme, lors même que je ne comprenais pas encore la signification de ce que j’écoutais (...). Tu nous a quittés, o mère, et la dernière image de toi, fixée dans ma mémoire est que tu es assise à la maison à côté de la radio, en train d’écouter la belle récitation du Coran, alors que les traits de ton noble visage dénotaient que tu en saisissais - par ton grand cur et ta sensibilité clairvoyante - les visées et les secrets».

C’est ce qui explique sans doute la raison pour laquelle Fatima Al-Zahrã’ (p), la fille du noble Prophète (P) tenait à placer sur ses genoux ses deux fils Al-Hassan et Al-Hussayn pendant qu’elle lisait le Coran.

   Est-il donc trop tard pour toi, o jeune lecteur, d’établir un tel rapport affectueux avec le Coran? Non, la voie est encore grand ouverte devant toi pour nouer un rapport de solide amitié et de compagnie intime avec le Livre d’Allãh. Commence donc tout de suite.

Note:

1- Quelqu’un qui récite à haute voix mélodieuse le Coran à l’attention des auditeurs.

Source: Comment faire connaissance avec le Coran?, Édité et traduit en français par Abbas Ahmad al-Bostani, Publication de la Cité du Savoir, Canada, 2004.

Articles Relatifs:

Comment peut-on saluer le Coran?

Lisez le Coran comme s’il avait été révélé à vous

Interroger le Coran

La méditation sur le Saint Coran

Les mérites de la récitation du Saint Coran

  • Imprimer

    Envoyer à un ami

    Commenter (0)