• Nombre de visites :
  • 1149
  • 5/6/2012
  • Date :

Le sentiment de joie  

 

joie

Traduit par Jean d’Agape

   Le sentiment de joie doit-il être contrôlé et délimité, malgré tous ses avantages? Du point de vue de l’Islam, le principe du contrôle doit être respecté dans tous les domaines de la vie, cela veut dire que l’Islam rejette une vie déchaînée et dépourvue d’objectif. Il appelle tous les hommes à avoir une vie équilibrée et spirituelle dans le cadre de la religion. Sans nul doute, tous les humains sont en quête de joie; cependant on tombe parfois dans l’exagération dans les deux sens, en ce qui concerne l’expression de ses joies.

De nos jours, la manifestation de la joie dans les fêtes et les réceptions, est accompagnée par de graves péchés comme la médisance, la moquerie, les mauvaises plaisanteries, la danse et les musiques au point à croire qu’en leur absence les cérémonies ne sont pas joyeuses.

   En effet, nous avons en quelque sorte balayé la religion de nos réceptions pour les rendre plus modernes. Si l’on ose organiser une réception en conformité avec les normes islamiques, elle sera considérée comme arriérée et pétrifiée. La joie fait partie des premiers besoins de l’homme; cependant toute joie n’est pas considérée comme acceptable en Islam. Chacun des défauts mentionnés apporte tristesse et mélancolie ici-bas ainsi que des regrets et des remords dans l’Au-delà. Ce qui est considéré par l’Islam comme joie, et donc indispensable, est une joie dans le respect des règles et des normes islamiques et religieuses.

L’Imam Sãdiq (AS) a dit: «La joie s’obtient grâce au sentiment de paix envers Dieu et à la certitude, et l’angoisse et la tristesse sont eux les fruits des doutes et de l’insatisfaction vis-à-vis de la volonté divine.»

Articles Relatifs:

La place de la joie en Islam

Joie vaine

Quelle est la nature de la joie?

L’Islam est-elle une religion de larmes et de deuil? (1)

  • Imprimer

    Envoyer à un ami

    Commenter (0)