• Nombre de visites :
  • 3078
  • 10/12/2009
  • Date :

Dahãneh Gholãmãn

dahaneh gholaman

   D’une superficie de 180 m sur 800, cette ville de briques crues remonte à l’époque Achéménide (~VIe-~Ve s.). Aujourd’hui nommée Dahãneh Gholãmãn («la Porte des esclaves»), elle fut sans doute l’ancienne Ktésias, capitale de la satrapie de Drangiane.

Au cours du temps, elle ne fut détruite que par le vent. Elle fut exhumée par des archéologues Italiens dans les années 1960, dirigés par Maurizio Tosi. La plupart des édifices mis au jour sont des maisons au plan uniforme, caractéristique de la période Achéménide et adapté au climat local.

   On a retrouvé les vestiges d’un temple carré, flanqué de tours d’angle. A l’intérieur, une grande cour était bordée de trois salles à colonnes et d’une seule porte d’entrée au sud. Son centre était occupé par trois autels rectangulaires. Un autre édifice officiel possède une forme rectangulaire avec une cour centrale entourée de nombreuses pièces et de quatre portiques. Fait rare dans l’architecture Achéménide, certains édifices étaient voûtés.

Source: RINGGENBERG. Patrick, Guide culturel de l’Iran, éd. Rowzaneh, Téhéran, 2005, P.428.

Articles Relatifs:

Shahr-e Sukhteh («la cité brûlée»)

Kuh-e Khwãjeh

Zāhedān

Chãbahãr

Irãnshahr

Zãbol

Galerie Relative:

Galerie des images de Shahr-e Sukhteh

  • Imprimer

    Envoyer à un ami

    Commenter (0)