• Nombre de visites :
  • 1884
  • 30/9/2009
  • Date :

Epitre sur les droits en Islam (5)

droit

Puis les droits des subordonnés:

17- Le droit de tes sujets c’est que tu saches que tu les a pris sous ta protection du fait de ta plus grande force sur eux, c’est leur faiblesse et leur condition inférieure qui les a entraîné sous ta protection. Donc, celui que la faiblesse et la bassesse ont rendu à ta merci, et placé sous ta protection et sur qui tes ordres sont influents a tel point qu’il n’a ni grandeur, ni de force contre toi, et qui n’a rien pour se défendre contre toi en dehors de Dieu, il est préférable que tu agisses envers lui avec bonté, modestie et douceur. Si tu savais combien Dieu t’a accordé de faveur par cet honneur et ce pouvoir qui t’a rendu fort! Tu n’as pas mieux à faire que de remercier Dieu, et celui qui remercie Dieu, Dieu lui accorde plus de bienfaits. Il n’y a de puissance qu’en Dieu.

18- Le droit de tes élèves c’est que tu saches que Dieu t’a fait leur responsable parce qu’il t’a donné de science et t’a accordé des trésors de la sagesse. Si tu accomplis correctement cette tâche que Dieu t’a donnée, comme un trésorier clément qui conseille le maître au sujet de son serviteur, patient, vigilant, qui, s’il voit un indigent, lui donne de l’argent qu’il a entre ses mains. Ainsi tu seras un guide et un serviteur sûr, sinon tu seras pour Dieu un traître et pour ses créatures un oppresseur et tu seras exposé à ce que la science et la gloire te soient interdites.

famille

19- Le droit de ton épouse c’est que tu saches que Dieu a fait d’elle ton lieu de repos et d’amour, et ton soutien. De même chacun de vous deux doit remercier Dieu qui lui a accordé son époux, et qu’il sache que cet époux est une grâce de Dieu qui lui est accordée et qu’il est obligatoire d’agir en bonnes manières avec cette grâce de Dieu, de l’honorer et de l’aimer. Si les droits du mari sont

plus forts et si la tâche de la femme est de lui obéir dans tout ce qu’il désire - tant que ce ne soit pas un péché - la femme a droit à la tendresse et l’amour et la cohabitation et l’assouvissement des plaisirs et des désirs dont on ne peut se passer. Il n’y a de puissance qu’en Dieu.

20- Le droit de ton serviteur c’est que tu saches qu’il est une créature de ton Seigneur, de ton corps et de ton sang, et qu’il est en ta possession, non pas que c’est toi qui l’a créé, ce n’est pas toi non plus qui lui a créé des oreilles, des yeux, ce n’est pas toi qui le fait vivre mais c’est Dieu qui a suffi à cela. Dieu te l’a soumis et t’en a fait le garant et le dépositaire afin que tu le gardes et que tu agisses envers lui comme il se doit et que tu le nourrisses comme tu te nourris, que tu l’habilles comme tu t’habilles, et que tu ne l’obliges pas plus qu’il ne le peut, et s’il t’advient de ne plus l’aimer, tu t’en délaisseras auprès de Dieu et tu le changeras sans porter atteinte à une créature de Dieu. Il n’y a de puissance qu’en Dieu.

Source: Imam Zayn Al-’Abidin, Epitre sur les droits en Islam, Traduit par Courcelle, PP.15-17.

Galerie Relative:

Galerie des images à l’occasion de la naissance de l’Imam Zayn Al-’Abidin

Articles Relatifs:

Quelques hadiths de l’Imam Zayn Al-’Abidin

Epitre sur les droits en Islam (1)

Epitre sur les droits en Islam (2)

Epitre sur les droits en Islam (3)

Epitre sur les droits en Islam (4)

Epitre sur les droits en Islam (6)

Epitre sur les droits en Islam (7)

Epitre sur les droits en Islam (8)

Epitre sur les droits en Islam (9)

Epitre sur les droits en Islam (10)

  • Imprimer

    Envoyer à un ami

    Commenter (0)