• Nombre de visites :
  • 676
  • 9/7/2011
  • Date :

Les temps troublés

temple du feu

   Bahrãm V (421-439) est l’un des rois sãssãnides les plus célèbres. Connu pour ses talents de chasseur, il fut surnommé «Gur» («l’Onagre»). Il parvient à contrer les Hephtalites et s’accorde avec Byzance pour lutter contre les Huns qui, du Caucase, menacent l’Arménie, la Cappadoce et la Syrie.

Le ciel s’assombrit pourtant pour l’empire. Les famines éprouvent cruellement les populations, les guerres ont vidé les caisses de l’état, l’art connaît une période de déclin ou d’éclipsé.

    Pendant cinquante ans, Péroz (459-484) est obligé de verser un tribut aux Hephtalites, qui retiennent même son fils Kavad Ier (488-497) en otage. Lorsque ce dernier monte sur le trône, le pays est ruiné, épuisé et divisé. Les difficultés économiques du petit peuple favorisèrent un mouvement révolutionnaire, influencé par le Manichéisme, et que l’on a qualifié à tort de «communiste» et de «socialiste».

A sa tête, Mazdak prône le partage des richesses et même des femmes, une meilleure justice et une plus grande égalité.

   Ces idées se heurtent à la noblesse et à l’essence même de la société, fondée sur une stricte hiérarchie et sur une richesse qui sert à garantir la puissance et l’intégrité du pouvoir. L’aristocratie favorisait également les mariages incestueux afin de garantir la pureté de la lignée et la conservation des héritages. Pour affaiblir l’aristocratie ou sauvegarder l’équilibre social, Kavad Ier soutient Mazdak: il aurait distribué de la nourriture, modifié la taxation des impôts (dont étaient exemptés les nobles, les hauts fonctionnaires et les soldats), encouragé des mariages moins contraignants. Après avoir été renversé et emprisonné, Kavad Ier revient au pouvoir (499-531) grâce à une armée hephtalite.

Il met fin au Mazdakisme, qui avait basculé dans la violence, sans pour autant étouffer ses idées, qui réapparaîtront dans certains mouvements contestataires jusqu’au VIIIe s.

Source: RINGGENBERG. Patrick, Guide culturel de l’Iran, éd. Rowzaneh, Téhéran, 2005, PP. 48-49..

Articles Relatifs:

Le roi et la religion de l’empire sãssãnide

Les Sãssãnides (224-651)

Les Séleucides (~ 312- ~ 64)

L’héritage du conquérant

Les dernières campagnes

  • Imprimer

    Envoyer à un ami

    Commenter (0)