• Nombre de visites :
  • 1083
  • 28/12/2008
  • Date :

Des critiques et leur réponse

famille

Une dame, critiquant dans un livre la loi de l’entretien de la femme, écrit: «Il est exigé d’un mari qu’il fournisse à sa femme des vêtements, un foyer et de la nourriture, de la même façon qu’un propriétaire de cheval doit nourrir et donner un abri à son cheval.»

   Nous aimerions demander à cette dame comment elle est parvenue à la conclusion qu’un mari possède sa femme, ou que c’est cette "possession" qui serait à l’origine de son obligation d’entretenir sa femme? Comment peut-on appeler cela une possession, lorsque le possédant ou le maître n’a même pas le droit de demander au possédé (ou la "servante") de lui apporter un verre d’eau? Quelle sorte de possession permet à "l’esclave" de garder pour lui tout ce qu’il gagne, et que tout ce gain lui appartient exclusivement et non à son "maître"? Quel type de possession autorise "l’esclave" à demander un salaire, s’il le désire, à son "maître" pour le moindre service qu’il lui rendrait? Quelle sorte de possession que celle dans laquelle le "maître" n’a pas le droit d’obliger sa "servante" même à allaiter son fils à lui, lequel est en l’occurrence son fils à elle aussi?  Puis, est-il vrai que le fait que les dépenses d’une personne soient supportées par une autre, rend la première esclave de la seconde?

Selon la loi de tous les pays du monde, le père ou les parents sont responsables des dépenses de leurs enfants. Peut-on, dans la même logique, dire que les enfants deviennent de ce fait la propriété de leurs parents?
famille

   L’Islam a imposé aux enfants l’obligation de se charger des besoins de leurs parents, si ceux-ci ont besoin d’aide pécuniaire. Cela signifierait-il pour autant que, selon l’Islam, les parents sont la propriété de leurs enfants?

Source: MUTAHARI. Mortadhã, Les Droits de la femme en Islam, Traduit par al-Bostani, éd. Ansariyan, Téhéran, 2002, PP.146-147

Article Relatif:

Trois sortes d’entretiens

  • Imprimer

    Envoyer à un ami

    Commenter (0)